U4 : La nouvelle dystopie pour ados

23 décembre 2015 Mathilde de Chalonge Livres,

Quatre auteurs français signent le nouveau phénomène Young Adult

 

 

L’événement de la rentrée littéraire pour adolescents s’appelait cette année U4 (à prononcer « Youfour », of course, et non pas « u quatre » comme la pauvre chauvine que je suis), un roman dystopique pour Young Adult. Trois mois plus tard, il est temps de dresser un premier bilan du succès de cette série franco-française aux quatre tomes.

 

Les ventes d’U4 confirment ce que l’on savait déjà : la dystopie est un genre qui a encore le vent en poupe en France, contrairement aux Etats-Unis où il s’essouffle pour laisser place à des œuvres plus réalistes. Alors, comme la France a un petit train de retard au niveau des tendances actuelles, U4 marche très fort et sera certainement dans le soulier de nombreux adolescents vendredi. Les quatre tomes se positionnent entre les 15ème et 30ème places des ventes jeunesse.

U4 se déroule dans un monde post-apocalyptique où un virus (U4) a décimé tous les humains sur terre, sauf les adolescents entre 15 et 18 ans.

 

Si le scénario s’inscrit dans la mouvance bien rodée de la dystopie et prend la suite – sans faire de vagues, de séries comme Hunger Games ou Divergente, le projet original est quant à lui bien plus atypique, né d’une boutade lors d’un salon littéraire.

 

U4 : les quatre auteurs réunis

 

 

Yves Grevet, Florence Hinckel, Vincent Villeminot et Carole Trébor se sont proposé comme défi d’écrire un livre non pas à deux mains (enfin une si l’on compte seulement la main qui écrit) mais à huit.  Les quatre auteurs ayant déjà chacun leur maison d’édition, ils ont réussi à co-éditer leurs livres, joignant Nathan et Syros. U4 est un projet collaboratif d’une envergure rare dans l’édition jeunesse.

 

Sortis simultanément le 27 août dernier, les quatre romans écrits par quatre auteurs différents mettent en scène quatre personnages dans un seul univers spatio-temporel : StéphaneYannisKoridwenJules vivent simultanément les mêmes aventures et ne manquent pas de se croiser et d’interagir dans les tomes.

 

S’ils habitent un peu partout en France (Paris, Marseille, Lyon, la Bretagne) ils sont liés par un jeu en ligne au nom évocateur : Warriors of time. Celui-ci leur envoie un étrange message leur signifiant qu’ils peuvent retourner dans le passé et empêcher la propagation du virus U4. Mais pour cela ils devront tous se rendre à Paris avant le 24 décembre…

 

Dès lors on imagine le casse-tête auquel se sont confronté les quatre auteurs pour écrire ces romans qui, s’ils peuvent se lire indépendamment et proposent chacun une fin unique et originale, devaient relever le défi de répondre à une cohérence parfaite.

 

Pari réussi ! U4 est un récit sans faute et sans invraisemblance, un fait déjà rare pour un roman au mode d’écriture traditionnel. Les auteurs, pour parvenir à relever le challenge s’étaient soumis à différentes contraintes : le premier tiers du roman ne devait pas se faire rencontrer les personnages, la météo de chaque journée avait été décidée à l’avance, le présent narratif avait été le temps choisi, les romans devaient comprendre environ 400 pages… Les écrivains se sont réunis dans une maison d’auteur à Marseille pendant une semaine pour régler les moindres détails narratifs.

 

Vous l’aurez compris, la mécanique avant même d’être lancée était bien huilée. A l’arrivée, pas de fausse note, aucun couac, mais une super-production pour ado qui a bénéficié d’un trailer sur internet :

 

Véritable édifice littéraire, U4 mérite que l’on s’y intéresse pour son caractère innovant (et français !) dans un monde  parfois réfractaire au changement. Même si la dystopie pour Young Adult nous déplaît ou nous lasse on ne pourra qu’être charmé par ces ados plus vrais que nature et ces auteurs aux styles différents et pourtant harmonieux. Le projet montre qu’écrire n’est pas seulement un mode de travail solitaire mais peut aussi être le fruit d’une collaboration intense, aux interactions enrichissantes.

 

Alors, êtes-vous prêts à vous lancer dans cette aventure littéraire et éditoriale ?

 

, , ,