Star Wars, analyse du mythe chevaleresque

14 décembre 2015 François Tassain Actu/Buzz,Ciné/Séries,

Le succès de Star Wars n’est pas dû qu’à l’imagination débordante de Georges Lucas ou ses qualités de réalisateur. Arrivant au bon endroit au bon moment, Star Wars a su reprendre et réinterpréter des mythes millénaires. Notamment ceux de la chevalerie.

 

Star Wars, une référence

 

Star Wars est une série de films qui se déroulent dans un univers de science-fiction. Imaginée par Georges Lucas, la série compte 6 films, dont un septième prévu pour le 16 décembre.

 

S’il y a bien une chose que l’on associe à Star Wars, ce sont ses sabres lasers et ses Jedi. Des êtres familiers aux yeux du public, et pour de bonnes raisons. Les Jedi sont très fortement inspirés des chevaliers et des samouraïs. Et l’histoire elle-même remonte à la nuit des temps.

 

Le monomythe

 

Un Nouvel Espoir, c’est l’histoire de Luke Skywalker, un jeune garçon parfaitement ordinaire. Jusqu’à ce qu’il soit mêlé à une guerre galactique, prenne conscience de ses pouvoirs, soit accompagné par un vieux mentor et sauve la galaxie du mal.

 

L’histoire principale Star Wars est vue et revue, et pour cause. Elle fait partie de ce qu’on appelle le monomythe. C’est à dire, une chaine d’évènements qu’on retrouve dans une grande partie des histoires mythologiques. D’où les similitudes entre de nombreux récits très connus. Cette chaine d’évènements est aussi appelée le voyage du héros.

 

http://nicolefodale.ca/wp-content/uploads/2011/09/voyage-du-heros.jpg

 

On retrouve ce « voyage du héros » dans de nombreux ouvrages, mais aussi, et surtout dans les romans de chevalerie ou d’heroic fantasy et de science-fiction. Ceux de Chrétien de Troyes en sont un bon exemple. Il y a beaucoup de Perceval, d’Ivanhoé et d’Arthur dans Luke Skywalker. La quête initiatique de ce dernier fait écho à des histoires que l’on connaît déjà. Lucas a d’ailleurs avoué s’être beaucoup inspiré du film La Forteresse Cachée d’Akira Kurosawa, qui reprend aussi le voyage du héros.

 

Luke, figure chevaleresque

Luke, personnage principal de la trilogie, a une histoire assez proche du Roi Arthur. Tout comme lui, sa connaissance des chevaliers Jedi et leurs valeurs viennent de l’apprentissage d’un homme. Obi-Wan Kenobi, vieux, sage et presque mystique qui remplit le rôle de Merlin. Après sa mort, c’est Yoda qui prend sa place.

 

Les Jedi sont présentés comme des gardiens idéalisés de la paix et de l’ordre. Et c’est avec leurs armes légendaires, les sabres lasers, qu’ils font régner la justice. Des armes symboliques des Jedi tout comme les épées le sont des chevaliers. Le parallèle avec Excalibur est très parlant lorsqu’on sait que, dans le mythe originel, Excalibur est capable de trancher toute matière.

 

Aussi verte que le sabre laser de Luke, Excalibur est une épée capable de tout trancher. Face à des ennemis en armure, c'est assez avantageux.

Aussi verte que le sabre laser de Luke, Excalibur est une épée capable de tout trancher. Face à des ennemis en armure, c’est assez avantageux.

 

Le triangle amoureux entre Luke, Leia et Han solo fait lui penser à celui entre Arthur, Guenièvre et Lancelot, même si la romance de Star Wars donne une fin bien plus heureuse. Luke et Arthur ne sont pas entièrement semblables. Luke n’est pas une copie d’Arthur, mais passe par les mêmes épreuves que lui et les autres chevaliers, comme Perceval.

 

D’ailleurs, si Arthur doit affronter son fils illégitime, Luke doit affronter son père légitime. Petite nuance subtile.

 

parrallèle star wars chevalerie

 

Luke est un héros idéal, chevaleresque et pur, capable de résister à l’attrait du côté obscur. Héroïque de bout en bout, certains le trouvent trop « plat » ou ennuyeux. Mais un peu comme Superman, Luke appartient à cette génération de personnages héroïques et honorables. Il correspond à l’idéal vers lequel devait tendre un chevalier suivant le code de la chevalerie.

 

Dans Chevalier Jedi, il y a chevalier

 

Dans la première trilogie, les Jedi et les Siths sont rares. On en voit qu’une poignée (Luke, Obi-Wan, Yoda, Dark Vador, l’Empereur). Tous sont des individus extrêmement puissants avec des armes héroïques : les sabres lasers.

 

Alors que dans Star Wars la majorité des combats se font à distance, les Jedis se battent au corps à corps, ce qui est bien plus héroïque. Quand bien même porter un blaster pourrait être utile, ils ne les utilisent pas. De la même manière qu’un chevalier médiéval ne se serait jamais rabaissé à utiliser une arbalète. Le style des combats de la trilogie est proche de celui associé aux chevaliers dans les années 80. Puissant, lourd et lent, avec des épées qui semblent peser des tonnes.

 

Dans la prélogie, le style de combat change radicalement

 

Comme les chevaliers du roi Arthur, les chevaliers Jedi forment une fraternité, ont un code d’honneur à respecter. Le Code Jedi emprunte beaucoup au bushido et au bouddhisme, influences orientales que nous verrons plus bas. Mais il s’inspire également du code de la chevalerie du Moyen-âge. Ou plutôt, de sa version idéalisée.

 

Le système de hiérarchie entre maître et padawan rappelle bien évidemment celui du chevalier et de son écuyer. Le Padawan/Écuyer accompagne son Maitre/Chevalier et l’aide dans ses tâches. En échange, ce dernier se charge de son éducation.

 

jedi chevalier et écuyer

 

Les Jedi sont inspirés d’une catégorie de chevaliers bien particulière. Car il y a peu de points communs entre le Jedi et le baron en armure de plates complète, lance de cavalerie et destrier caparaçonné. Les Jedi sont plus proches des moines chevaliers, comme l’étaient les templiers, hospitaliers ou autres.

 

Car les Jedi ne sont pas là que pour taper les méchants à coup de sabre laser, mais accordent une grande importance à la spiritualité. Ils sont très religieux, et s’ils ne font pas voeu de chasteté (les coquins), l’immense majorité est abstinente ou célibataire.

 

jedi mormons

 

Dans les premiers scripts, les chevaliers Jedi s’appelaient templiers Jedi. Un parallèle logique. Car les deux pratiquent une pauvreté volontaire à l’échelle individuelle, tout en appartenant à un ordre monastique riche, puissant et influent. Une puissance qui en fera des cibles, et le destin des Jedi dans La Revanche des Siths fait écho à celui des Templiers.

 

Page Suivante

Pages : 1 2

,