Split : Night Shyamalan est de retour !

19 janvier 2017 Morgane Decoret Ciné/Séries,Tests/Critiques,

Kevin a déjà manifesté 23 personnalités lors de ses séances avec son psychiatre de longue date, le Dr Fletcher. Mais il en reste une, immergée, qui commence à se matérialiser et à dominer toutes les autres. Contraint d’enlever trois adolescentes, dont la courageuse Casey, Kevin se bat pour survivre parmi tous ceux qui évoluent en lui-même – et autour de lui- tandis que les murs entre ses personnalités volent en éclats…

 

 

Le maître du grand huit

 

Avec Night Shyamalan, c’est tout ou rien. Salué par la critique pour des long-métrages comme Sixième Sens, Incassable ou encore Signes, il semblait ensuite avoir totalement perdu son génie créatif. Peut-être sa touche si particulière était-elle incompatible avec les productions que les gros studios lui avaient demandé de réaliser, peut-être voulait-il s’essayer à un nouveau genre : le blockbuster bas du front… Quelle que soit la raison, le succès n’a pas été au rendez-vous pour Le Dernier Maître de l’Air et After Earth. Pire, il a tellement déçu son public que celui-ci a peur de perdre son temps / argent en lui accordant une fois de plus le bénéfice du doute.

 

Si c’est votre cas, rassurez-vous, le grand Night Shyamalan est de retour !

 

Déjà en 2015, le réalisateur revenait avec The Visit. Qualifiée de bonne surprise, cette petite production a montré que Shyamalan avait retrouvé toute sa maitrise de la caméra.

Et il continue de confirmer son talent avec Split !

 

affiche du film split de Night Shyamalan

 

 

James McAvoy x 24 !

 

La plupart des acteurs ne jouent qu’un rôle à la fois, James McAvoy a eu la chance d’en interpréter 24 d’un coup ! Il fallait donc que le spectateur puisse les identifier immédiatement. Bien sûr les différentes personnalités ont des costumes variés mais la distinction va beaucoup plus loin. Et cela tient uniquement au talent de McAvoy.

Il change de posture, de façon de se mouvoir et même d’intonation pour coller à la personnalité qu’il interprète. C’est d’ailleurs probablement une des raisons pour lesquelles Shyamalan l’a choisi : il est particulièrement doué pour transformer sa voix. Après tout, il doit constamment camoufler son magnifique accent écossais !

 

split- james-mcavoy-night-shyamalan

 

En tout cas on y croit tout au long du film et la performance est vraiment bluffante ! Et c’est d’autant plus impressionnant qu’il aurait été facile pour l’acteur de tomber dans le surjeu. Pourtant, ce n’est jamais le cas.

 

 

 

Un scénario inattendu

 

Loin des reboots et des suites en tout genre qui encombrent la programmation des cinémas, Split innove véritablement. Et ça fait du bien !  Je ne dis pas que personne n’avait jamais rien vu de tel avant. Le scénario s’inspire d’ailleurs fortement du roman de 1981 « Les Mille et Une Vies de Billy Milligan ». Mais il y a tout de même une certaine impression de nouveauté.

 

mille-et-une-vies-plit-night-shyamalan

 

Le film ne se laisse pas enfermer dans des cases : impossible de définir avec précision le genre auquel il appartient. Allociné le qualifie de thriller, de film fantastique ou encore d’horreur. On pourrait aussi lui attribuer les étiquettes d’épouvante psychiatrique et pourquoi pas même de survival sanglant…

La fin comporte même un twist inattendu et amène le film sur un tout autre chemin…

 

 

 

Un concept incroyable

 

Kevin, le héros du film, est atteint d’une maladie mentale très rare : le trouble dissociatif de l’identité ou trouble de la personnalité multiple. Ce syndrome a déjà été représenté dans plus d’une vingtaine de films comme Fight Club de David Fincher (1999), The Machinist de Brad Anderson (2005) ou l’excellent Shutter Island de Martin Scorsese (2010). Toutefois, la plupart de ces œuvres ne donnent qu’une deuxième personnalité à leur héros… et certainement pas 24 !

 

Night Shyamalan a avoué qu’il avait toujours été très intéressé par cette maladie. Il a effectué beaucoup de recherches sur les différents symptômes qui y sont liés. Il est surtout fasciné par la théorie qui dit que les individus atteints seraient capables de choses extraordinaires. Dans le film, il explique que certains malades peuvent modifier leur métabolisme en fonction de leurs personnalités. Si une de leurs fractions est allergique aux piqûres d’abeilles par exemple, il serait possible que d’autres ne le soient pas. Si l’être d’origine est diabétique, les personnalités ne le seront pas forcément.

 

Il est vrai que le corps est capable de choses incroyables. Il peut se guérir spontanément par exemple, pourvu qu’il y croie assez fort. Le phénomène de « l’effet placébo » n’est plus à démontrer. Toutefois, le film aborde la possibilité que ces personnes deviennent des méta-humains. En effet, si une de leurs personnalités venaient à être persuadée qu’elle possède des capacités surhumaines, si elle y croyait de toute son âme, alors qu’est-ce qui l’empêcherait d’exploiter ces capacités ? À la manière de l’effet placébo, le corps s’adapterait à ce que l’esprit croit…

 

Qu’on approuve la théorie ou pas, le film a au moins le mérite de poser une question (parmi beaucoup d’autres) : que se passerait-il si on croyait vraiment au surnaturel ?

 

 

 

Le film est très intéressant mais il faut avouer que le thème est un peu déprimant… Pour vous remonter le moral, je vous propose de lire des articles un peu plus joyeux !

Voyons voir… nous avons les troubles mentaux dans la littérature ; les 10 serial killers les plus sexys du petit écran ; les tueurs les plus dangereux qui ont inspiré la fiction… au choix !

 

 

 

Si vous aimez nos articles, faites-le nous savoir ! Commentez, partagez et suivez-nous sur Facebook et Twitter   🙂

 

 

Split

Shyamalan est de retour !

Les plus

  • James McAvoy : une vraie performance d'acteur
  • Un scénario qui soulève des interrogations intéressantes
  • Un thriller haletant

Les moins

  • Quelques longueurs au début
  • Une fin un peu prévisible

NOTE FINALE :

,