Sing Street : critique d’un film coup de cœur

28 octobre 2016 Morgane Decoret Tests/Critiques,

Mon coup de cœur cinéma de la semaine : Sing Street

 

Ce mercredi 26 octobre, le réalisateur irlandais John Carney nous a dévoilé son dernier chef-d’œuvre : Sing Street.

 

 

L’histoire est celle d’un jeune irlandais Conor, 15 ans, qui un jour décide d’impressionner une fille. Pour ça, il lui propose de jouer dans un futur clip. Seul problème, il lui faut monter un groupe !

Il recrute donc les « ratés » de son lycée. Ensembles, ils vont tenter tant bien que mal de trouver leur style en s’inspirant des plus grands groupes des années 80. Leur « band » est baptisée « Sing Street », un clin d’œil à « Synge Street », leur école.

 

sing-street-band-1

 

 

Une véritable immersion musicale !

 

Bien sûr John Carney est un habitué du film musical avec Once en 2007 (qui a reçu l’oscar de la meilleure chanson originale) et New York Melody (2014 avec Keira Knightley et Mark Ruffalo).

 

La principale force du film ? Sa BO excellente bien sûr ! De Duran Duran à The Cure en passant par les Clash,  A-ha, Joe Jackson, The Jam, The Smiths, Spandau Ballet et Dépêche Mode, tous les incontournables sont là ! Un mélange musical redoutable !

 

Mais John Carney ne s’est pas contenté de ne faire que des reprises ! Il introduit également des chansons originales composées spécialement pour le film par Bono et The Edge, du groupe U2. Parfaitement réussies et bourrées de références, on a envie de les écouter encore et encore.

 

 

De quoi se replonger tout droit dans l’ambiance des années 80 ! A l’époque où la pop, le rock, le métal, la new wave vibraient dans les écouteurs des walkmans et où le rendez-vous hebdomadaire devant  « Top of the Pops » était quasiment obligatoire !

 

Enfin quand je dis « nous »… Je ne suis pas vraiment concernée. Etant née en 1994, j’ai grandi avec la musique des années 2000 : pas du tout le même style donc… Et bien que j’aie vaguement entendu parler de Duran Duran et écouté quelques chansons de Dépêche Mode il y a probablement des tonnes de petites références subtilement dissimulées dans le film que je n’ai malheureusement pas pu capter…

Mais loin d’être un défaut, le film m’a juste donné envie de découvrir tous ces artistes incroyables et ces formidables créatifs !

 

C’est d’ailleurs ce que dit l’actrice Lucy Boyton « Je n’étais pas née à l’époque du film, mais John Carney m’a fait découvrir des chansons qui m’ont immédiatement transportée. C’est pour cela que je pense que Sing Street peut emballer toutes les générations. » (source 20minutes)

 

sing-street-critique-groupe

 

Le conte de fées réaliste

 

Même s’il arrive que l’histoire se rapproche un peu du conte de fées, on sent toutefois une vraie volonté de réalisme de la part de John Carney.  Les couleurs et la façon de filmer rappellent les films des années 80. Les dialogues sont intéressants et l’accent irlandais des personnages est absolument fabuleux. D’ailleurs si vous le voyez en VO vous remercierez les sous-titres !  Beaucoup d’humour, une énergie folle, un film très frais !

 

A ne pas confondre avec une comédie musicale pour ados !

 

Même si l’histoire est joyeuse, elle ne dissimule pas la réalité un peu glauque du Dublin des années 80. Le film nous offre un magnifique portrait de l’Irlande de l’époque. La crise économique a déjà forcé beaucoup d’Irlandais à s’exiler en Angleterre. Les parents de Conor ne s’entendent plus mais ne peuvent se séparer car la loi interdit le divorce (et ce jusqu’en 1996 !). Les situations familiales des autres membres du groupe ne sont pas beaucoup plus reluisantes… (problèmes de drogue, alcoolisme, violences)

 

En cherchant son identité, le groupe essaye tous les styles capillaires et vestimentaires allant de Robert Smith à David Bowie. Ces cinq garçons nous font véritablement voyager dans le temps. « Ils changent de style vestimentaire au gré de leur inspiration et c’est un peu l’histoire musicale de toute une période qui se trouve résumée en un seul groupe », explique Lucy Boynton.

Plus qu’une simple liste de chanteurs, le réalisateur montre aussi à quel point le fait de poursuivre un rêve musical pouvait être mal vu. On a même un assez bon aperçu des violences et des insultes que ces artistes marginaux pouvaient subir, à une époque où se maquiller était synonyme d’homosexualité.

 

sing-street-groupe

 

 

Un concentré d’espoir et de bonne humeur

 

Malgré cet aspect social plutôt violent où les personnages doivent se battre pour réaliser leur rêve, Sing Street est un vrai « feel-good movie ».

 

Les jeunes acteurs, bien qu’inconnus, sont époustouflants. Ils apportent une dose d’insouciance et de fraîcheur qui fait du bien.

 

Le message du film n’est certainement pas nostalgique du genre « la musique des années 80 était tellement mieux que celle d’aujourd’hui ». Au contraire, il insiste sur le fait qu’il faille toujours aller de l’avant, suivre sa passion, ne jamais laisser tomber… Bref un véritable message d’espoir pour la jeunesse!

 

sing-street-critique-groupe-3
Sing Street

Revivez les années 80 en 2016 !

Les plus

  • Une bande originale incroyable
  • Un dynamisme et une fraicheur qui fait du bien
  • Une immersion totale dans l'Irlande de l'époque

Les moins

  • Une cinéphile qui aurait dû réviser ses classiques des années 80 !

NOTE FINALE :

, , , , ,