Qui est Felicity Jones, la nouvelle héroïne de Star Wars ?

15 avril 2016 Mathilde de Chalonge Actu/Buzz,Ciné/Séries,

Une leçon sur Felicity Jones : tout ce qu’il faut savoir sur la Star de Rogue One

Plus que huit mois avant que la saga Star Wars ne revienne sur les écrans avec le spin-off Rogue One. Une nouvelle fois c’est une femme qui est à l’honneur : Felicity Jones incarnera le personnage principal de Jyn Erso. Que faut-il savoir sur la jeune actrice ?

 

Carte d’identité

Felicity Jones en 2016

 

Née à Birmingham le 17 août 1983, Felicity Jones est l’actrice britannique qui monte, qui monte… Si son nom n’était pas connu du grand public il y a encore quelques semaines, on ne peut pas dire que l’héroïne de Rogue One, le spin-off de Star Wars, soit une débutante.

A 32 ans ce petit bout de femme d’1m59 a déjà une belle filmographie derrière elle. Elle est apparue la première fois sur les écrans il y a vingt ans dans le film familial Les chasseurs de trésor (avec également Keira Knightley !). Actrice depuis son plus jeune âge, cela ne l’a pas empêchée de suivre des études brillantes en langue anglaise. Très secrète sur sa vie privée, Felicity Jones est l’anti-Kardashien : les rumeurs la disent tantôt célibataire, tantôt fiancée, mais, dans tous tous les cas bien occupée en ce moment par sa carrière qui s’emballe…

 

Elle a été révélée dans le rôle de la « méchante de l’école »

Felicity Jones dans The Worst Witch

Felicity Jones dans The Worst Witch

 

Malgré son visage d’ange qui en fait craquer plus d’un, Felicity Jones a commencé à faire parler d’elle grâce au rôle d’Edith « Aigreur » (Hallow en anglais) dans la série télé « The Worst Witch » diffusée entre 1998 et 2001 sur HBO et adaptée des romans pour enfants de Jill Murphy. Elle y campait le rôle d’une sorte d’Hermione Granger, première de la classe à la fois pourrie-gâtée, snob et vindicative, mais définitivement craquante.

Britannique jusqu’au bout des ongles

 

Felicity Jones dans Northanger Abbey

Felicity Jones dans Northanger Abbey

 

Avec les années, Felicity Jones est devenue une belle jeune femme capable d’endosser des rôles en costume, notamment celui de Catherine Morland dans Northanger Abbey en 2007, tiré du roman éponyme de Jane Austen. Le téléfilm a offert à Felicity Jones son premier rôle principal et lui a donné l’image d’une parfaite britannique portant des robes satinées style empire et coiffant ses cheveux en chignons antiques comme personne.

 

Captivating Felicity Jones : ses fans l’adorent

 

Captivating Felicity Jones : Le site des fans

Captivating Felicity Jones : Le site des fans

 

Felicity Jones possède un fan club actif et dévoué jusqu’au bout des ongles. Le site captivating-felicity-jones suit la carrière et la vie personnelle de la jeune femme, faisant d’elle une icône de mode et d’élégance ainsi qu’une star de premier ordre. Cette communauté dynamique suit ses moindres apparitions et dévoile en exclusivité toutes les actualités concernant la jeune femme.

 

Elle a gagné la reconnaissance du grand public avec Une Merveilleuse histoire du temps

Une merveilleuse histoire du temps

Une merveilleuse histoire du temps

 

La carrière de Felicity Jones s’est emballée l’année dernière quand elle a incarné au cinéma le rôle de la femme de Stephen Hawking dans le film Une merveilleuse histoire du temps (The Theory of everything) aux côtés d’Eddy Redmayn.

Il s’agit de l’adaptation par Anthony McCarten des mémoires de Jane Wilde : Travelling to infinity, my life with Stephen. Felicity Jones y brille par la justesse de son jeu et sa sensibilité. Son personnage se dévoue corps et âme à son mari, le physicien de renommée mondiale, atteint d’une maladie neurodégénérative alors même qu’ils se rencontrent à l’université.

Le film a été très bien accueilli, aussi bien par la presse que par le public et a reçu de nombreuses récompenses. Felicity Jones a été nommée aux Oscars de 2015 dans la catégorie Meilleure actrice (c’est finalement Julianne Moore qui remporta la statuette pour Still Alice). Une star était née.

 

Elle est attendue au tournant avec Rogue One

Felicity Jones

Felicity, il est temps de ranger ton col claudine et d’enfiler des rangers

 

On a récemment appris que Felicity Jones jouerait dans le spin off de la saga Star Wars, situé entre l’épisode III et IV de la saga, et dont la sortie est prévue à la fin de l’année.

Gareth Edwards offre à la jeune actrice la possibilité de sortir de ses traditionnels rôles dramatiques (and so british !) pour plonger dans un univers qu’elle ne connaît pas, la science-fiction. Novice dans les rôles d’action et plus coutumière des spencers en velours que des combinaisons et autres blasters, la jeune femme est attendue par une communauté de fans particulièrement retorse.

Membre de l’Alliance rebelle, le personnage de Jyn Erso est badass au possible : à la fois téméraire et aventureuse, son parcours est semé d’infractions dont la falsification de documents impériaux ou encore la possession de biens volés, dont les plans de la Première Etoile de la mort. Felicity Jones réussira-t-elle à charmer le public et à gagner ses titres de noblesse dans le soap-opera le plus connu de toute l’histoire du cinéma ? Réponse le 14 décembre prochain.

 

Une autre Daisy Ridley ?

 

Daisy Ridley et Felicity Jones

Daisy Ridley et Felicity Jones

 

Les comparaisons vont bon train entre la révélation de l’année Daisy Ridley et Felicity Jones, à tel point que certaines rumeurs ont voulu faire du personnage de Jyn Erso la mère de Rey, l’héroïne de Star Wars VII. L’actrice a récemment démenti les spéculations des fans : « Ce n’est pas parce qu’elle est blanche et qu’elle a les cheveux bruns qu’elle est ma mère ». Du fait de leur ressemblance physique et de leur position d’héroïne dans la saga, on ne cesse de les rapprocher. Pourtant Felicity Jones n’est pas une « révélation » comme a pu l’être Daisy Ridley : de huit ans son aînée, elle est déjà bien rodée au monde du cinéma. « Rey, je suis ta mère », ce n’est apparemment pas pour demain…

 

 

En attendant la sortie du film, vous pouvez toujours vous replonger dans les romans Star Wars !

 

, ,