Marvel : l’histoire derrière les super-héros – ÉPISODE 5

17 août 2016 Bastien Hauguel Actu/Buzz,Ciné/Séries,Livres,

Spider-Man, les Quatre Fantastiques, l’Incroyable Hulk, Iron Man, Daredevil, Thor, Captain America ou encore les X-Men… Tant de personnages qui ont su nous faire rêver et qui proviennent tous de comics-books publiés par la société Marvel. Affectueusement appelée la Maison des Idées par ses fans, Marvel s’est imposé comme une pierre angulaire de la pop culture contemporaine. Des tout premiers comics durant la Seconde Guerre Mondiale aux blockbusters à succès, retour sur l’incroyable parcours de la célèbre maison d’édition. Dans cet épisode, on va s’intéresser au renouveau de la fin des années 90.

 

Cet article fait partie de la saga Marvel : l’histoire derrière les super-héros. Chaque mercredi retrouvez la suite de cette histoire incroyable :

 

Épisode 1 : les origines
Épisode 2 : l’âge d’argent
Épisode 3 : les années sombres
Épisode 4 : la crise et la chute
Épisode 5 : la renaissance
Épisode 6 : Disney à la barre

 

Pour en savoir plus et découvrir nos autres sagas de l’été, venez faire un tour par ici, et si vous aimez ces articles de fond, faites-le nous savoir, commentez, partagez et suivez nous sur Facebook et Twitter !

 

Marvel-logo

 

Épisode 5 : la renaissance

Après l’acquisition de la compagnie par le financier Carl Icahn, Marvel est au plus bas. La firme est en faillite. Dirigée par les banques, elle n’a plus le choix et va devoir tout tenter pour se sauver. L’enjeu est de taille car, si Marvel s’effondre, c’est toute l’industrie des comics qui s’effondre avec. À cette époque, la compagnie contrôle entre 30 et 36% du marché des comics, contre 25% pour son concurrent DC Comics. Si Marvel avait disparu, la plupart des boutiques de comics n’auraient pas survécu. Près de 40 millions de dollars en frais d’avocats sont dépensés dans cette affaire. La « guerre » est totale. Les employés de Marvel s’inquiètent de plus en plus pour leur avenir… Mais la compagnie va être sauvée par Ike Perlmutter et Avi Arad.

 

Le 31 juillet 1998, la cour valide l’action de Toybiz (compagnie qui possède les droits des produits dérivés Marvel) dirigé par le financier Ike Perlmutter et le directeur créatif Avi Arad pour fusionner avec Marvel. Étant dès le départ dépendant de la bonne activité de la compagnie, Toybiz aurait coulé si Marvel avait fait faillite. Carl Icahn s’avoue vaincu et part avec une compensation financière de 3,5 millions de dollars. Ike Perlmutter devient ainsi président de Marvel Enterprise. La compagnie est entre de bonnes mains, ça va mieux, tout le monde peut enfin respirer…

 

ike perlmutter et avi arad

Ike Perlmutter et Avi Arad

 

Lancement de Marvel Knights et des séries Ultimate

 

Pour symboliser ce renouveau, Ike Perlmutter et Avi Arad vont redynamiser les publications jusqu’alors en perte de vitesse. Les deux partenaires vont engager James Palmiotti et Joe Quesada pour lancer une nouvelle ligne de comics. Le label Marvel Knights est créé ! Avec cette série, les deux compères vont offrir un nouveau souffle à des personnages secondaires, en mettant en avant un aspect plus sombre.

 

Les premiers à bénéficier de cette nouvelle orientation sont Daredevil, Black Panther, les Inhumains et le Punisher. James Palmiotti et Joe Quesada ne vont d’ailleurs pas faire les choses à moitié puisqu’ils vont engager le geek et cinéaste Kevin Smith (réalisateur de Clerks, Dogma et producteur exécutif de Will Hunting) pour écrire le scénario des huit premiers épisodes de la nouvelle saga Daredevil. Cette orientation neuve connaît un franc succès (hormis pour le Punisher, va savoir pourquoi). Joe Quesada devient ainsi en charge de la direction éditoriale de Marvel.

 

Kevin Smith

 

En 2000, une autre révolution s’opère du côté des comics Marvel. Joe Quesada lance la ligne Ultimate développée par Bob Harras. Cette nouvelle série remet les compteurs à zéro et offre de nouvelles origines aux héros populaires marvéliens comme Spider-Man, les X-Men ou encore les Quatre Fantastiques. Se déroulant dans une dimension parallèle, l’univers Ultimate a pour objectif d’attirer un tout nouveau lectorat, plus jeune, qui n’a donc pas besoin de rattraper des années et des années d’histoires. On le rappelle, les comics Marvel ont gardé la même continuité depuis leur création, contrairement à DC Comics qui a déjà relancé plusieurs fois son univers. Un joyeux bordel scénaristique.

 

Ces nouveaux comics Ultimate connaissent un gros succès mais n’arrivent pas à s’affirmer de manière décisive en dehors du lectorat déjà présent. Ils seront toutefois aidés par l’arrivée des nombreux films Marvel qui donneront envie à toute une génération de s’intéresser à cet univers.

 

ultimate comics

 

Spider-Man se paye une toile

 

Justement, parlons cinéma. Et pour cela, il va falloir revenir un peu en arrière. En 1996, la compagnie créée Marvel Studios qui regroupe toutes ses filiales d’animation. Dirigé par Avi Arad et Jerry Calabrese, le studio regroupe Marvel Films, New World Communications Group et News Corporation de la Fox. En gros, le studio Marvel contrôle l’intégralité de la pré-production. Il commande les scripts, engage des réalisateurs et acteurs et offre le tout aux studios partenaires qui s’occupent de la production et de la distribution. Cette méthode permet de garder un certain contrôle sur l’essence même des personnages.

 

Le premier film qui en a découlé est Blade. Sorti en 1998, le long-métrage met en scène le célèbre chasseur de vampires et réalise un score honorable de 131 millions de dollars de recettes dans le monde. Mais c’est avec la sortie de X-Men deux ans plus tard que le succès sera véritablement au rendez-vous. Avec plus de 296 millions de dollars de recettes dans le monde, le long-métrage de Bryan Singer démontre que des films populaires peuvent être réalisés à partir de personnages de comic-books qui ne sont pas forcément familiers du grand public.

 

blade x men 2

Wesley Snipes incarne Blade, tandis que Hugh Jackman fait une première apparition dans son rôle fétiche du mutant griffu Wolverine

 

Entre-temps, Marvel avait vendu les droits de Spider-Man à Sony. Et avec le succès incroyable de X-Men, le feu-vert des studios est lancé pour une adaptation cinématographique du Tisseur. Réalisé par le papa d’Evil Dead Sam Raimi, le film dépasse toutes les espérances et totalise plus de 821 millions de dollars de recettes. Une suite est dès lors mise en chantier. Spider-Man 2 sort en 2004 et réalise un score tout aussi incroyable de 783 millions de dollars de recettes. Le phénomène des super-héros au cinéma est définitivement lancé…

 

spider-man 2002

Spider-Man, plus gros succès de l’année 2002

 

Business is Business

 

Toutefois, la Maison des Idées n’est pas vraiment gagnante dans l’histoire. Coincés par leurs contrats, les studios Marvel n’auraient touché que 62 millions de dollars pour les deux premiers Spider-Man. Entre 2002 et 2008, cinq studios différents sortent une quinzaine de films adaptés des personnages issus du catalogue marvélien dont la plupart sont des succès.

 

On retrouve parmi eux X-Men 2 (Fox/407 M. de bénéfices), Hulk (Universal/245 M.), The Punisher (Lionsgate/54 M.), Blade Trinity (New Line/128 M.), Les Quatre Fantastiques (Fox/330 M.), X-Men 3 (Fox/459 M.) et Spider-Man 3 (Sony/890 M.). Bref vous l’aurez compris, Marvel se fait un peu entubé… Avi Arad et Ike Perlmutter décident de changer de stratégie et souhaitent reprendre un contrôle absolu sur leur catalogue de personnages.

 

affiches marvel

 

En 2004, Avi Arad et David Maisel réussissent à obtenir un prêt de 525 millions pour produire un maximum de dix films. Marvel signe avec Paramount pour la distribution, tout en gardant son indépendance. Pour signifier ce changement de position, Marvel Enterprise devient Marvel Entertainment. En 2005, le studio récupère les droits d’Iron Man à New Line, puis ceux de Hulk à Universal un an après. Les projets de long-métrages Iron Man et L’Incroyable Hulk sont lancés.

 

Petit à petit, la Maison des Idées récupère les droits de nombreux personnages comme Thor, Black Widow, Daredevil ou Black Panther. Seuls l’univers des X-Men et celui des Quatre Fantastiques restent chez la Fox. De même pour Spider-Man qui demeure chez Sony. Toutefois, les deux studios sont liés par un contrat qui stipule qu’au bout d’un certain nombre d’années, si aucun film X-Men/4Fantastiques/Spider-Man ne voit le jour, les droits d’exploitation cinématographique de ces personnages reviennent automatiquement à Marvel Studios.

 

Iron Man L'Incroyable Hulk

Iron Man et L’incroyable Hulk sortent la même année et totalisent plus de 848 millions de dollars de recettes dans le monde

 

À ce stade, on peut clairement affirmer que Marvel est sauvé. Le job est fait pour Avi Arad. Celui-ci quitte ses fonctions chez la compagnie. David Maisel est nommé président de Marvel Studios et Kevin Feige devient le président de la production. Iron Man, le premier film labellisé Marvel Studios, sort en 2008 et connaît un immense succès. C’est le début d’une toute nouvelle aventure pour le jeune studio. Mais pendant ce temps, Ike Perlmutter prépare en secret un pacte avec une certaine souris aux grandes oreilles…

 

Suite et fin dans l’épisode 6 !

, , , , , , ,