Marvel : l’histoire derrière les super-héros – ÉPISODE 1

20 juillet 2016 Bastien Hauguel Actu/Buzz,Ciné/Séries,Livres,

Spider-Man, les Quatre Fantastiques, l’Incroyable Hulk, Iron Man, Daredevil, Thor, Captain America ou encore les X-Men… Tant de personnages qui nous font rêver et qui proviennent tous de comics-books publiés par la société Marvel. Affectueusement appelé la « Maison des Idées » par ses fans, Marvel s’est imposé comme une pierre angulaire de la pop culture contemporaine. Des tout premiers comics durant la Seconde Guerre Mondiale aux blockbusters à succès, retour sur l’incroyable parcours de la célèbre maison d’édition. Dans cet épisode, on va s’intéresser au commencement.

 

Cet article fait partie de la saga Marvel : l’histoire derrière les super-héros. Chaque mercredi, retrouvez la suite de cette histoire incroyable :

 

Épisode 1 : les origines
Épisode 2 : l’âge d’argent
Épisode 3 : les années sombres
Épisode 4 : la crise et la chute
Épisode 5 : la renaissance
Épisode 6 : Disney à la barre

 

Pour en savoir plus et découvrir nos autres sagas de l’été, venez faire un tour par ici, et si vous aimez ces articles de fond, faites-le nous savoir, commentez, partagez et suivez nous sur Facebook et Twitter !
Marvel-logo

 

Épisode 1 : les origines

L’histoire de Marvel commence en 1939. Après le succès de Superman, l’éditeur Martin Goodman fonde Timely Comics pour concurrencer DC Comics. Son tout premier comic-book, Marvel Comics #1, est publié au mois d’octobre. Le magazine raconte les aventures de la Torche Humaine du dessinateur Carl Burgo et la toute première apparition du mutant anti-héros Namor. Les ventes sont bonnes, mais pas encore satisfaisantes.

 

marvel comics #1 2

 

À l’approche de la Seconde Guerre Mondiale, l’écrivain/artiste Joe Simon s’associe avec le dessinateur (et légende en devenir) Jack Kirby pour créer l’un des tout premiers super-héros patriotiques : Captain America. L’idée d’un super-héros garant des valeurs américaines éclot dans la tête des deux auteurs en réponse aux tensions internationales, présages d’une entrée en guerre prochaine pour le pays, ainsi qu’à la situation des juifs en Allemagne nazie. Symbole d’une Amérique défenseuse d’un monde libre en lutte contre le régime nazi, le super-héros arbore sur son costume le drapeau étatsunien. C’est un combattant hors-pair et un fin stratège militaire. Il possède un bouclier indestructible fabriqué en vibranium (un métal fictif) qu’il utilise aussi bien pour se défendre que pour attaquer. Pour la petite anecdote, le bouclier du Captain n’était au départ pas rond mais en forme de blason.

 

C’est ainsi que sort au mois de mars 1941 Captain America Comics #1. Avec son coéquipier Bucky, Captain America dézingue du nazi à coups de poings et affronte pour la première fois Crâne Rouge, son ennemi juré.  Le super-héros rencontre un énorme succès, les ventes s’envolent, atteignant des tirages supérieurs à un million d’exemplaires. Un premier coup de poker réussi pour la compagnie.

 

Joe Simon Jack Kirby Captain America

Joe Simon et Jack Kirby

 

Le nombre de comics vendus par Timely augmente également avec les publications des deux autres grands super-héros Namor et la Torche Humaine. Avec le succès de Captain America, de nouveaux comics aux allures patriotiques voient le jour chez la maison d’édition : USA Comics (août 1941), All Winners Comics (été 1941), Young allies Comics (été 1941) et Kids Comics (février 1943). En dehors des trois grands super-héros de Timely, d’autres héros font leur apparition : Whizzer, Miss America, Destroyer, la Vision originelle ou encore le Angel de Paul Gustavson.

 

Sub-Mariner_Comics_Vol_1_2

 

En 1942, les auteurs Joe Simon et Jack Kirby se brouillent avec Martin Goodman, l’accusant de ne pas leur verser les salaires stipulés dans leurs contrats et quittent la société d’édition. De 1942 à 1945, c’est Vincent Fago qui officie en tant que directeur de la publication. À la fin de la guerre, la maison d’édition se diversifie et publie des magazines et comics humoristiques dédiés aux filles. De nouveaux personnages comme Patsy Walker et Millie the Model font leur apparition.

 

millie the model

 

Le déclin

 

L’engouement pour les super-héros est malheureusement de courte durée et les ventes de comic-books déclinent drastiquement après la guerre. L’âge d’or des comics est terminé, les super-héros ne sont plus à la mode. Comme d’autres sociétés d’édition de comics, Timely (rebaptisé Atlas Comics) suit désormais les tendances culturelles du moment et tourne avec plus ou moins de réussite vers les genres à la mode : western, horreur, guerre, crime, humour, romance, espionnage et même des aventures médiévales. Entre 1953 et 1954, quelques tentatives pour ressusciter la Torche humaine, Namor et Captain America se soldent par des échecs. Atlas sortira son dernier comics de super-héros en octobre 1955. La fin d’une ère.

 

Atlas_Comics

 

En 1956, Martin Goodman décide de sous-traiter la distribution de ses comics à l’American News Company, la plus importante entreprise de distribution du pays. Pas de bol, elle met la clef sous la porte six mois plus tard. Goodman signe alors un accord avec l’Independent News Company, une filiale de son concurrent DC Comics. Mais le contrat n’est pas très avantageux pour l’éditeur et l’oblige à ne conserver que huit titres mensuels, contre 85 avant la chute d’American News. Un coup dur pour Goodman qui, après concertation avec son neveu rédacteur en chef Stan Lee (oui, le fameux Stan Lee que l’on découvrira en détail dans les prochains épisodes), décide de ne publier que 16 bimensuels, limités aux seuls genres du western, de la romance et de la guerre.

 

À ce stade, Goodman s’engage complètement dans une nouvelle direction et suit la tendance des films de science-fiction. Six titres sont lancés : Strange Worlds #1, World of Fantasy #15, Strange Tales #67, Journey into Mystery #50, Tales of Suspense #1 et Tales to Astonish #1. Ces space-operas fantastiques sont de véritables échecs commerciaux et à la fin de l’année 1959, la plupart de ces titres sont dédiés aux histoires de monstres de série B.

 

Journey_into_Mystery_Vol_1_50

 

Dès le départ, la plupart des comics publiés par Timely portait le slogan « A Marvel Magazine », en français « un magazine merveilleux ». Mais ce n’est que le 9 mai 1961 avec Amazing Adventures #3 que paraît le tout premier comic-book officiellement édité par Marvel Comics, portant la motion MC sur sa couverture.
C’est le début d’une nouvelle ère… à découvrir dans l’épisode 2 !

 

Amazing_Adventures_Vol_1_3

 

bouton-suite

 

 

, , , , ,