Le Salon du Livre de Francfort renoue avec le succès

21 octobre 2015 Mathilde de Chalonge Actu/Buzz,Livres,

Les stands tout juste rangés, voici venue l’heure du bilan

 

A peine rentrée d’Allemagne, il est temps pour l’équipe du Mag d’oublier les bières et autres currywursts pour vous livrer un premier bilan du Salon du Livre de Francfort.

 

La semaine dernière, entre mardi soir et dimanche, plus de 275 000 visiteurs se sont réunis pour célébrer le livre lors de la Foire de Francfort, dépassant ainsi les espérances des organisateurs.

 

Le bilan, en termes de chiffres, est positif : après deux années plus maussades, le Salon du Livre de Francfort a, à nouveau, réussi à attirer les regards. 140 000 professionnels et 136 000 visiteurs grand public ont bravé le froid et la grisaille pour se jeter dans le grand bain de l’édition et de la littérature.

 

Entrée Salon du Livre de Francfort

Qu’il neige, qu’il pleuve ou qu’il vente…

 

Fidèle à sa tradition, la Foire de Francfort a continué à afficher sa dimension internationale puisque sur les 7145 exposants, seulement 2500 étaient allemands. Et évidemment, la France était là ! Il faut dire que notre pays occupe une place de choix dans l’édition allemande.

La production française bénéficie de solides relais Outre-Rhin : cette amitié franco-allemande atteindra son apogée en 2017, année où la France sera l’invité d’honneur de la Foire de Francfort.

 

La France représentée au Salon du Livre de Francfort

 

Le succès de la Foire 2015 peut s’expliquer par la qualité et la quantité d’événements organisés dans un lieu plus resserré que les années précédentes. (Avouons-le, on a quand même dû courir un peu entre les immenses halls du Buchmesse, mais ce n’était rien par rapport à d’autres salons ou aux Foires de ces dernières années.)

C’est bien simple, il n’était pas possible d’assister à toutes les conférences, tant elles se télescopaient. Tous les lieux du Salon étaient investis simultanément par la crème de la crème du monde l’édition : auteurs, éditeurs, diffuseurs, prestataires techniques…

 

Suspension en forme de livre. Salon du Livre de Francfort

 

La Foire s’est distinguée cette année des éditions précédentes par les événements qui l’ont entourée.

La liberté d’expression, dix mois après les attentats de Charlie Hebdo, a été la pierre angulaire de cette 67ème édition et ce, dès son inauguration : « Sans liberté d’opinion, il n’existe pas d’autres droits. »  a affirmé l’auteur britannique Salman Rushie lors de la cérémonie d’ouverture, le mardi 13 octobre au soir.

 

Frappé depuis 25 ans d’une fatwa par la régime iranien l’auteur n’a pas hésité à réclamer à nouveau le droit à la liberté d’expression, pointant du doigt les extrémismes religieux et leur intolérance. Cette sortie s’est soldée par le boycott de l’Iran au Salon du Livre.

 

Stand vide de l'Iran au Salon du Livre de Francfort

 

 

Soutenu par le directeur du Salon du Livre : « la liberté des mots n’est pas négociable. On ne doit pas oublier que Rushdie est toujours menacé de mort pour son travail », Salman Rushdie a mis en exergue la forte politisation du débat après les attentats contre Charlie Hebdo au début de l’année.

 

La Foire du Livre s’est voulue cette année une terre d’accueil pour les réfugiés : gratuité des billets et visites guidées ont été les mesures prises par les dirigeants du Salon. Mesure symbolique qui est elle aussi un acte politique.

 

 

« Foire du Livre de Francfort : The Place to Be », tel était le slogan de cette dernière édition. Promesse tenue : le Salon aura été aussi riche en événements littéraires que sociétaux, prouvant ainsi le dynamisme et l’actualité de telles manifestation.

 

, , ,