Le Règne des Illuminati, notre critique du dernier polar de Giacometti et Ravenne

8 juillet 2015 Tristan Bories Livres,

A la recherche de la Vérité

 

Cela fait maintenant 10 ans que je suis avec passion les aventures d’Antoine Marcas. Toujours à la croisé des genres, entre polar ésotérique et fiction historique, les péripéties de ce flic franc-maçon n’ont cessé de me surprendre. D’ailleurs, si vous découvrez la série, je ne peux que vous conseiller de vous jeter sur Le Rituel de l’ombre, le premier tome des aventures de Marcas. Ce livre introduit avec brio la fameuse formule commune à tous les tomes, qui est de jouer avec le temps aussi bien qu’avec les énigmes.

 

Après s’être penchés sur le trésor des templiers dans Le Temple Noir, les auteurs de La Conjuration Casanova explorent une nouvelle fois les contrées obscures du monde des sociétés secrètes, avec en  ligne de mire la fameuse organisation des Illuminati. Le roman se découpe en deux récits parallèles. D’un côté on retrouve Antoine Marcas, dont le charisme pragmatique n’a rien à envier au Langdon de Dan Brown. Fraîchement de retour d’Afrique, le commissaire doit cette fois se mettre sur les traces d’une conspiration qui remonte jusqu’aux confins de la Révolution Française et qui l’emmènera sur les traces de l’assassinat de Kennedy en passant par le très prisé Bohemian Club.

 

De l’autre, on suit un certain Annibal Ferragus, lui aussi flic et franc-maçon. Celui-ci tente de déjouer un complot aux dimensions insoupçonnées en pleine période de La Terreur.

 

Le règne des Illuminati est dans la même lignée que les opus précédents. Car malgré un titre quelque peu pompeux digne d’une news à clics du lundi matin, il n’en demeure pas moins aussi efficace qu’addictif. L’intrigue avance sur les chapeaux de roue tandis que les personnages célèbres s’enchaînent à la barre des protagonistes. Robespierre, JFK, Guillotin, ou encore Saint-Just, les personnages historiques ne manquent pas dans cette fresque intemporelle aux dénouements souvent inattendus.

 

Lors des passages qui se déroulent sous la Terreur, les auteurs sont véritablement parvenus à me faire ressentir cette colère latente qui régnait à l’époque. Entre la chasse sanguinaire aux francs-maçons et autres soi-disant traitres, les décapitations publiques et enfin les complots au plus haut sommet de l’état, il n’en a pas fallu plus pour me mettre dans l’ambiance.

 

En ce qui concerne Marcas, disons qu’il est égal à lui-même. Aussi vif d’esprit quand il s’agit de résoudre une énigme que crédule lorsqu’il se fait séduire par une belle brune, le commissaire assure le spectacle.

 

Alors si le titre vous avait mis un doute, soyez d’ores et déjà rassuré. Le règne des Illuminati est un polar extrêmement bien ficelé qui mettra à l’épreuve vos croyances tout comme vos neurones. Véritable pied de nez aux théories conspirationnistes qui fleurissent sur le Net, le livre s’amuse des croyances tout comme il les démystifie. Giacometti et Ravenne frappent une nouvelle fois dans le mille, et ce, pour le plus grand plaisir des lecteurs.

Le Règne des Illuminati

10.99€

Grisant !

Les plus

  • Une intrigue bien ficelée
  • L'intervention des personnages historiques
  • Antoine Marcas toujours au top !

Les moins

NOTE FINALE :

, , , ,