La Rentrée Littéraire : tout ce que vous avez toujours voulu savoir – ÉPISODE 5

26 août 2016 Mathilde de Chalonge Actu/Buzz,Livres,

Serviettes de plages tout juste rangées, cartables d’écoliers à peine achetés, souvenirs de vacances d’été encore frais… Pas de doute, c’est la saison de la rentrée littéraire qui commence ! Chaque année, depuis la fin du XIXème siècle, le petit monde de l’édition est en effervescence entre septembre et novembre, mois de la remise des prix littéraires. Cet événement culturel spécifique à la France est devenu un incontournable du calendrier. Quels sont les dessous de cette institution ? Comment en est-on venu à publier 600 livres en trois semaines ? Faut-il parler de coup médiatique ou de fête de la littérature ?

Dernier épisode de la série, celui-ci s’intéressera à l’édition 2016.

 

Vous trouverez ici notre sélection d’eBooks rentrée littéraire 2016

 

Cet article fait partie de la saga Rentrée littéraire. Chaque vendredi, redécouvrez cet événement culturel incontournable :
 
Épisode 1 : petite histoire de la rentrée littéraire
Épisode 2 : les scandales de la rentrée littéraire
Épisode 3 : les jurés
Épisode 4 : premiers romans, primo-auteurs
Épisode 5 : la rentrée 2016
 
Pour en savoir plus et découvrir nos autres sagas de l’été, venez faire un tour par ici, et si vous aimez ces articles de fond, faites-le nous savoir, commentez, partagez et suivez nous sur Facebook et Twitter !

 

rentrée littéraire

 

Episode 5 : Ce que le nouveau cru nous réserve…

Dernier épisode de notre série sur la rentrée littéraire, cet article aura pour but de vous présenter l’édition 2016.

 k

Les premiers romans

 

La rentrée littéraire est l’occasion, pour les éditeurs, de lancer de nouveaux auteurs. On compte, en 2016, soixante-six premiers romans. Quatre grandes maisons publient chacune trois premiers romans : Albin Michel, Flammarion, Gallimard et Stock.

Les professeurs, journalistes, acteurs, réalisateurs et dramaturges dominent le cru des primo-auteurs 2016.

François Mayer (Négos) signe son premier roman à 91 ans, nous prouvant qu’il n’est jamais trop tard pour entreprendre un projet, et Line Papin (L’éveil, Stock), à 21 ans, confirme que le talent n’a pas d’âge.

 

Imbolo Mbue : voici venir les reveurs

Imbolo Mbue : Voici venir les reveurs. « Million Dollar Baby »

 

 

La nouvelle auteur qui attire toute l’attention n’est pas française. Il s’agit d’Imbolo Mbue, déjà surnommée « Million dollar baby« . En effet, les droits pour son roman Voici venir les rêveurs ont été achetés pour un million de dollars par Random House. D’origine camerounaise, Imbolo Mbue retrace le récit d’une immigration et questionne l’American Dream en le comparant à « l’African Dream ».

Eli Flory est également attendue avec sa Barbie kidnappée par l’Etat islamique. Une poupée au pays de Daech, traite de l’identité féminine et de la place du corps féminin dans la société contemporaine, musulmane, mais aussi occidentale.

 

Les incontournables français et étrangers

 

La rentrée littéraire revient chaque année : eux aussi.

Amélie Nothomb n’envisage pas de rester sur la touche. Quatre ans après Barbe-Bleue, elle réinterprète un conte de Perrault, Riquet à la Houppe. Le titre est paru le 17 août, le même jour que son discours de réception à l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique.

Philippe Forest, avec Crue, est déjà dans les starting-blocks des prix littéraires, quand Yasmina Khadra, fidèle au poste, affirme que Dieu n’habite pas la Havane. Préparez-vous également à voir les incontournables Yasmina Reza (Babylone), Régis Jauffret (Cannibales) et Christophe Donner (L’innocent) dans tous les médias.

Amélie Nothomb : Riquet à la Houpe

Que serait une rentrée littéraire sans Amélie Nothomb ?

 

En 2016, les stars étrangères s’imposent. L’auteur des Versets sataniques, Salman Rushdie revient avec Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits. Ce conte philosophique et satirique interroge « notre vie contemporaine à la lumière de l’histoire et de la mythologie« .

Le monstre sacré Jim Harrison s’invite à la fête, à titre posthume. Le vieux saltimbanque est un véritable testament littéraire. L’auteur avait commencé à écrire ses mémoires sous la forme d’une fiction, avant d’être emporté par la mort le 26 mars dernier.

 

Les grandes tendances

 

Moi, moi, moi

Agnès Michaux : journée exceptionnelle du déclin de Samuel Cramer

Agnès Michaux : journée exceptionnelle du déclin de Samuel Cramer

 

Les auteurs français adorent raconter leur vie d’Hommes littéraires.

 

Dans Journée exceptionnelle du déclin de Samuel Cramer, Agnès Michaux se plait à raconter les affres d’un écrivain engagé dans la course aux prix littéraires. La Grande villa de Laurence Vilaine aborde le thème de l’angoisse de la page blanche tout comme Le type qui voulait arrêter de mourir de Justine Bo.

Xavier Hanotte avec Du vent et Mickaël Hirsch avec Quand nous étions des ombres s’intéressent, quant à eux, aux ghost writers.

 

Exofictions

Grande tendance des rentrées 2014 et 2015, l’exofiction continue sa percée dans le paysage littéraire français. Que recouvre le terme ? Selon Muriel Steinmetz, (vous pouvez lire l’intégralité de son interview dans L’Humanité) « l’exofiction, définit le roman en brouillant (ou du moins en remaniant) la frontière entre fiction et biographie, voire en utilisant des personnages plus ou moins célèbres ou en s’inspirant de récits historiques d’époques diverses. »

Bernard Chambaz dans  A tombeau ouvert, retrace dans la vie d’un pilote de Formule 1, quand Jean-François Rozeau s’intéresse à un pilote d’avion dans La Chute d’Icare.

En 2016, les artistes sont loués : Claude Monet, Van Gogh et Louis Soutter revivent  sous la plume de, respectivement, Michel Bernard (Deux remords de Claude Monet), Jean-Michel Guenassia (La valse des arbres et du ciel)et Michel Layaz (Louis Soutter, probablement).

On pourra également s’amuser du détournement du réel avec Merci pour ce roman. Guillaume Prévost imagine un François Hollande se réveillant dans la peau de Michel Gravier, modeste ouvrier de l’usine de Fessenheim, promise à la fermeture.

 

Les attentats

paris_13_novembre_2015_christian_lejale

 

 

Les auteurs de la rentrée littéraire s’emparent de l’actualité 2015-2016, marquée par les attentats. Laurence Tardieu, dans A la fin le silence, met en balance la perte de sa maison d’enfance et la perte collective liée au drame de Charlie Hebdo. Arnaud Catherine avec A la place du coeur et Gérard Krawczyk avec Foudroyé s’interrogent sur la possibilité d’aimer lorsque tout un pays est en deuil.

Christian Lejalé livre un récit fort et perturbant, au coeur de cette rentrée post-traumatique. Dans Paris, 13 novembre 2015, il retrace scrupuleusement la chronologie des attentats en suivant ses personnages, sur le chemin du Bataclan. Cette démarche est également celle de Julien Suaudeau dans Ni le feu, ni la poudre.

 k

Polémiques attendues

 

La rentrée littéraire, c’est 600 livres publiés et autant de débats possibles.

 

Les éditeurs sont généralement anxieux quand un très-probable-best-seller sort en librairie au moment de la rentrée littéraire. Ce genre de publication, omnivore, est capable de cannibaliser le marché entier… et les autres livres se partagent la dernière part du gâteau, l’entame toute sèche… Seuls quelques titres ont ce pouvoir : Harry Potter, Fifty Shades of Grey, Twilight, Da Vinci Code ou Millenium sont de ce genre là.

En effet, vous et moi avons un budget limité et encore plus quand il s’agit d’un budget culturel. A l’occasion de la rentrée littéraire, on s’offre un livre ou deux, avant de retourner à nos achats alimentaires. Or, quand tout le monde s’est rué sur un titre phare, que reste-t-il pour les autres ?

Cette année, le retour d’Harry Potter, sous forme de pièce de théâtre, a ravivé la communauté de fans. Le script Harry Potter and the cursed child, bien que publié en anglais le 31 juillet, s’est immédiatement hissé en tête des ventes. C’est la première fois qu’une pièce de théâtre domine le Top 20. Gallimard a décidé d’attendre le 14 octobre pour proposer la version traduite de la pièce, permettant ainsi à sa rentrée littéraire d’exister.

 

Harry Potter and the Cursed Child

Harry Potter éclipsera-t-il la rentrée littéraire ?

 

 

Il y a deux ans, le livre surprise de Valérie Trierweiler, Merci pour ce moment, avait fait de l’ombre au reste de la rentrée littéraire. Beaucoup, dans le monde de l’édition, étaient désolés de voir ce pamphlet acheté à la place de « vraie littérature ».  La publication, à l’automne, de best-sellers agace. Ces livres sont, dans tous les cas, promis au succès, qu’importe la période l’année à laquelle ils paraissent. Par ailleurs, la rentrée littéraire est censée promouvoir des publications des qualité, plutôt que des livres commerciaux.

L’année dernière, les éditeurs ont été soulagés quand la sortie du dernier tome de Fifty Shades, Grey, a été avancée de six semaines. Après le vol du manuscrit, il est sorti en librairie le 28 juillet 2015 et non pas le 10 septembre, comme il était initialement prévu.

 

 

Christian Grey dans Fifty Shades of Grey

Hey, c’est moi Christian, je viens gâcher la rentrée littéraire !

 

 

 

L’exofiction apportera elle aussi son lot de débats. Ceux qui voient leur vie étalée dans des romans « inspirés du réel » peuvent refuser cette réécriture de l’histoire. L’année dernière, Simon Liberati avait été traîné au tribunal par la famille Ionesco pour son livre Eva. En 2016, la famille de Van Gogh pourrait s’opposer au roman de Jean Michel Guenassia, La Valse des arbres et des forêts. Il remet en question le suicide du peintre et fait de celui-ci un homme misogyne.

 

Très probablement, l’on remettra encore en question le talent d’Amélie Nothomb et l’on s’interrogera sur la lisibilité du futur Prix Goncourt. Les romans populaires ne seront certainement pas récompensés et l’on blâmera les collusions d’intérêts entre éditeurs, auteurs et jurés. L’existence même de la rentrée littéraire sera questionnée. Comme d’habitude, comme l’année dernière et comme l’année prochaine…  Après tout, là résiderait la saveur de cette fête de la littérature.

Après l’Euro 2016, les départs en vacances, les soldes et les J.O, place à mon marronnier culturel préféré.

 

 

Merci à tous d’avoir suivi nos sagas de l’été ! C’était le dernier épisode de notre série sur la rentrée littéraire. Si vous avez aimé ces articles de fond, faites-le nous savoir, commentez, partagez et suivez nous sur Facebook et Twitter !

 

Vous trouverez ici notre sélection d’eBooks rentrée littéraire 2016

 

, , ,