L’ uchronie : quand la fiction réinvente l’Histoire

19 décembre 2016 Morgane Decoret Livres,

Et si… ?

 

« Le nez de Cléopâtre, s’il eût été plus court, toute la face de la Terre aurait changé. »

 

Cette citation de Blaise Pascal définit parfaitement le genre littéraire bien particulier qu’est l’ «  uchronie  ». Ce mot a été utilisé pour la première fois par le philosophe Charles Renouvier en 1857. Celui-ci cherchait à désigner le concept « d’utopie dans l’Histoire ». Absent de la majorité des dictionnaires (y compris de mon correcteur d’orthographe qui s’obstine à le souligner de rouge), on lui préfère souvent l’expression « histoire alternative », directement tirée de l’anglais « alternate history ». Pourtant, l’étymologie de «  uchronie  » suit une logique assez claire. «Chronos » signifie « temps » et le préfixe « u » exprime la négation. «  Uchronie  » indique donc un « non-temps », ou un temps qui n’existe pas, inventé.

 

L’ uchronie est donc un récit qui se passe dans un monde en tout point similaire au nôtre mais dont un événement divergent a transformé l’histoire.

aliens-uchronie-comment-la-fiction-reinvente-histoire

Le genre ouvre ainsi la porte sur un champ de possibles illimités ! Il suffit de prendre un moment clé de l’histoire et tous les thèmes sont permis : la chute de l’empire romain, la conquête des États-Unis par les Européens ou celle de l’Europe par Napoléon, la Première et la Seconde Guerre Mondiale, le naufrage du Titanic, même les avancées technologiques de Louis Pasteur ou de Steve Job… Ensuite, il n’y a plus qu’à créer l’univers parallèle et se poser la question : et si ça s’était passé autrement ?

 

 

Loin d’être un simple jeu d’écriture comme la fanfiction où les ardents admirateurs d’une œuvre littéraire s’amusent principalement à modifier les relations entre personnages établies par l’auteur, il s’agit ici de remanier les faits historiques dans le but d’apporter ou de susciter une réflexion nouvelle sur le présent.

 

Bien sûr, « remanier » l’histoire peut vouloir aussi bien dire l’améliorer qu’imaginer le pire. L’ uchronie peut donc tourner de deux façons : soit elle devient une utopie qui démontre ce qu’il aurait fallu faire pour sauver le monde, soit elle vire à la dystopie, sans le moindre espoir de salut…

 

 

 

L’ uchronie en quelques titres

 

La plupart des uchronies s’interrogent sur le destin des grands « empires ». De vastes territoires contrôlés par un seul homme… Et si celui-ci avait pu aller plus loin dans sa conquête, s’il n’avait jamais connu la défaite, et s’il n’était pas mort? Que se serait-il passé ensuite ?

 

La Seconde Guerre Mondiale

Le plus célèbre du genre est sans nul doute Le Maître du Haut Château. Il a été écrit en 1962 par Philip K. Dick et dépeint un monde dans lequel les forces de l’Axe ont gagné la Seconde Guerre Mondiale. C’est lorsque le président américain Franklin Roosevelt est assassiné à Miami en 1933 par l’anarchiste Giuseppe Zangara que l’Histoire telle qu’on la connait bascule. Les États-Unis ne parviennent pas à sortir de la grande dépression et choisissent de ne pas intervenir face à la menace que représente Hitler, lui permettant de remporter la Seconde Guerre Mondiale.

 

uchronie-comment-la-fiction-reinvente-histoire1

 

Ce scénario d’ uchronie apocalyptique est assez récurrent : on le retrouve dans Fatherland de Robert Harris. En 1964, la paix nazie règne depuis vingt ans en Europe et les juifs ont tous été expulsés. L’inspecteur Xavier March mène l’enquête sur les meurtres de deux anciens hauts gradés SS. Dans une atmosphère étouffante où se mêlent la peur, la suspicion et la délation, March doit résoudre cette affaire très sensible malgré les pressions, son obstination l’amenant bien sûr à faire une effroyable découverte…

fatherland-uchronie-comment-la-fiction-reinvente-histoire2

 

Une vision plus positive de la Seconde Guerre Mondiale

 

Si ces deux romans sont plutôt pessimistes, d’autres adoptent un point de vue sur la Seconde Guerre Mondiale assez différent. Dans Le Rêve de Fer par exemple, Norman Spinrad imagine un univers dans lequel, Adolf Hitler émigre aux États-Unis pour échapper à la montée du communisme au lieu d’être l’incarnation de la résistance du peuple allemand face au traité de Versailles. Là-bas, il écrit un roman de fantasy, Le Seigneur du Svastika, où il confie ses obsessions maladives.

reve_de_fer-uchronie-comment-la-fiction-reinvente-histoire1

 

Eric-Emmanuel Schmitt pour sa part, préfère voir le leader du parti nazi en artiste plutôt qu’en écrivain. Dans La Part de l’autre, Hitler a été reçu au concours d’entrée à l’École des Beaux-Arts et est devenu peintre. En alternant les deux vies (la réelle et l’imaginaire) que tout oppose, l’auteur crée une trame passionnante.

la-part-de-lautre-eric-emmanuel-schmitt-uchronie-comment-la-fiction-reinvente-histoire

 

Mais l’ uchronie ne se limite heureusement pas à la Seconde Guerre Mondiale !

 

Rome

Dans Roma AEterna, Robert Silverberg imagine un monde alternatif dans lequel l’Empire romain aurait résisté aux invasions barbares et à l’expansion des religions monothéistes. Moïse n’aurait pas mené à bien son exode, Jésus ne serait jamais « venu au monde » et le message de Mahomet n’aurait touché personne. L’Empire aurait continué à s’étendre… peut-être même jusqu’au Nouveau Monde !

Coliseum at sunset

Les Etats-Unis

Autre « empire » : les États-Unis ! La superpuissance en serait-elle devenue une si un des moments clé de son Histoire avait été changé ? La question qui se pose le plus souvent dans les romans uchroniques est d’ailleurs la suivante : « Et si le président Kennedy n’avait pas été assassiné ? »

 

C’est ce qui se passe dans Voyage de Stephen Baxter. Lorsque Neil Armstrong fait un premier pas sur la lune, on est à l’apogée du programme spatial américain. Mais il est possible d’aller encore plus loin. Kennedy n’a pas été assassiné. Il va donc pousser son adversaire, Richard Nixon, à atteindre un objectif encore plus spectaculaire : la conquête de Mars.

voyage-uchronie-comment-la-fiction-reinvente-histoire1

 

 

Darwin : la nature versus la technologie 

 

Scott Westerfeld a sa propre version de la Première Guerre Mondiale et elle est bien différente de l’originale. Dans sa trilogie Léviathan, le point de départ est toujours l’assassinat de l’Archiduc d’Autriche François Ferdinand. Cependant les alliés deviennent les Darwinistes et les Empires amis de l’Allemagne se transforment en « clankers ». Les Darwinistes sont adeptes de la biologie et les rois de la manipulation génétique. Les clankers quant à eux, forment une civilisation ultra-mécanique. La guerre éclate et le Léviathan, sorte de dirigeable vole vers Constantinople avec à son bord un chargement biologique classé secret défense…

leviathan-uchronie-comment-la-fiction-reinvente-histoire2

Robert-Charles Wilson lui, choisit d’ignorer complètement la Première Guerre Mondiale dans son roman Darwinia. En effet, en mars 1912, l’Europe et une partie de l’Angleterre ont disparu et ont été remplacées par un nouveau continent. Sur celui-ci, prolifèrent une faune et une flore dont aucune espèce n’avait été identifiée à ce jour. Guilford Law monte donc une expédition pour découvrir cette nouvelle terre. Rappel de l’époque glorieuse où les savants étaient aussi des aventuriers.

darwinia-uchronie-comment-la-fiction-reinvente-histoire1

 

Des uchronies pas toujours crédibles

Parfois, les uchronies restent assez crédibles, jouant beaucoup avec l’effet papillon. Mais d’autres fois ça part dans tous les sens et on obtient des œuvres comme La Trilogie de la Lune de Johan Heliot. Dans ses romans, Napoléon III a battu la Prusse et… les extraterrestres ishkiss ont débarqué et assurent le gouvernement de l’Empire depuis Paris. Seule Louise Michel, déportée de la Commune de 1871, peut entrer en contact avec eux. Malheureusement elle se trouve sur la Lune, Les opposants envoient donc Jules Vernes en mission secrète pour la retrouver…

la-trilogie-de-la-lune-uchronie-comment-la-fiction-reinvente-histoire1

 

Au final pas sûr que ce soit une si bonne idée de réécrire l’histoire… D’ailleurs vous aussi pouvez essayer grâce au site interactif de France TV ! Ainsi, évitez le naufrage du Titanic, déjouez l’assassinat de Kennedy ou empêchez la catastrophe nucléaire de Tchernobyl et voyez comment les choses auraient évolué si tous ces événements ne s’étaient pas produits… Cliquez ici !

 

 

 

 

 

 

 

 

, ,