Kubo et l’Armure Magique : un dessin animé pour enfants ?

5 octobre 2016 Morgane Decoret Ciné/Séries,Tests/Critiques,

Beaucoup de positif…

 

Kubo et l’Armure Magique raconte l’histoire d’un jeune garçon qui vit dans un village littoral du Japon médiéval. Il gagne sa vie en racontant des histoires de samouraïs aux autres villageois accompagné de son shamisen (son instrument magique). Malheureusement sa vie va changer du tout au tout lorsque, contrairement aux ordres de sa mère, il reste dehors tard un soir. De méchantes sorcières sont alors capables de le retrouver et il doit partir à la recherche d’une armure magique qui appartenait jadis à son père pour les vaincre. En chemin, il rencontre Madame Singe et Scarabée qui l’aideront dans sa quête…

 

kubo-et-l-armure-magique-madame-singe-et-scarabee

Le stop motion

 

Sorti en France le 21 septembre 2016, Kubo et l’Armure Magique est le quatrième long métrage animé en stop motion réalisé par les studios Laïka après Coraline (2009), L’Étrange Pouvoir de Norman (2012) et Les Boxtrolls (2014).

 

Le stop motion est une technique d’animation qui utilise des objets inanimés. Entre chaque prise, ceux-ci sont déplacés afin de donner au spectateur une impression finale de mouvement. Cette technique ne date pas d’hier et elle a fait le succès de nombreux films d’animation. Certains ont repris les sculptures d’argile de Wallace et Gromit (années 90) tels que Chicken Run (2000) ou encore Shaun le Mouton (2007), d’autres au contraire se sont tournés vers des personnages aux allures de pantins squelettiques comme Vincent (1982), L’Etrange Noël de Monsieur Jack (1993) de Tim Burton et James et la Pêche Géante d’Henry Selick.

 

Qu’on aime le stop motion ou pas, il faut bien reconnaître que cette technique a fait des progrès spectaculaires. Aidé par le numérique, les mouvements des personnages et les expressions de leur visage deviennent si fluides que la qualité de l’animation dans Kubo et l’Armure Magique offre un rendu absolument incroyable.

 

 

 

Un film magnifique visuellement

 

L’histoire de Kubo et l’Armure Magique se déroule au cœur du Japon et le spectateur est immergé dès le début dans cette ambiance asiatique, tant grâce aux personnages qu’aux paysages remarquablement réalisés. Le spectateur découvre les coutumes de cette contrée et l’origami japonais joue un rôle très important dans l’histoire en ajoutant une touche de magie et d’innocence au film.

 

kubo-et-l-armure-magique-origami

 

 

De l’originalité et beaucoup d’humour

 

Si certains films laissent une impression de déjà-vu, ça n’est certainement pas le cas avec Kubo et l’Armure Magique. Tout paraît inédit. Ainsi, bien que la victoire du héros reste prévisible, on est embarqué du début à la fin dans une histoire qui sort complètement des sentiers battus et qui parvient à éviter la plupart des clichés du genre pour offrir au spectateur quelque chose de nouveau.

 

Les personnages sont très attachants et bourrés d’humour : en particulier le scarabée et Madame Singe, les compagnons de Kubo. Leurs échanges sont vifs et intelligents et on en redemande !

 

kubo-et-l-armure-magique-humour

 

 

… mais tout de même quelques points faibles !

 

Pour moi, le principal point faible de Kubo et l’Armure magique est son scénario. Le titre laisse espérer une quête trépidante aux quatre coins du Japon à la recherche d’une armure magique et un voyage rempli de dangers mais cet aspect n’est étrangement que peu développé, au profit de toute une réflexion sur l’importance de la famille.

 

Attention, je ne dis pas que le film est dépourvu d’action, au contraire ! Le spectateur retient son souffle pendant les scènes de combat tant elles sont incroyables et parfaitement réalisées. Cependant, Kubo trouve l’armure et défait ses ennemis plus facilement que ce à quoi les autres films d’animation nous ont habitués.

 

kubo-et-l-armure-magique-armure

 

L’œuvre manque donc ce souffle épique nécessaire aux films d’action. Cependant cette attente créée par le titre français n’est pas présente avec le titre original « Kubo and the two strings ». J’admets que les traducteurs ont bien fait de ne pas garder la formule littérale « Kubo et les deux cordes » qui n’a pas du tout la même résonance en français, mais le titre anglais apporte bien plus de sens au film. Les cordes sont celles de son shamisen et représentent le lien que Kubo entretient avec les personnes qui lui sont chères. A l’origine, le film ne promet donc pas de raconter l’histoire d’un garçon en quête d’une armure magique mais d’un garçon qui découvre l’importance de la famille.

 

 

Autre point négatif : les thèmes abordés

 

Contrairement à ce qu’on peut penser, la mort est un élément récurrent dans les dessins animés. La plupart des héros ont perdu au moins un parent (quand ils ne sont pas carrément orphelins) et généralement, le méchant meurt à la fin. Mais d’ordinaire, ces thèmes ne prennent qu’une place mineure dans l’histoire et on se concentre davantage sur les aventures du héros/héroïne. Dans Kubo et l’Armure Magique cependant, les éléments tragiques suivent le héros durant tout le film… la mort, le deuil, la maladie mentale, l’abandon, la mutilation, la mendicité des enfants, les abus familiaux… Bien sûr, le tout est traité avec beaucoup de finesse et aucune image ne choque. Les enfants resteront émerveillés devant les origamis créés par le shamisen magique et effrayés par les méchantes sorcières et oublieront toutes les autres difficultés vécues par Kubo pour ne retenir que la quête de l’armure magique. Du moins on espère…

 

kubo-et-l-armure-magique-sorciere

 

 

Les films d’animation « pour adultes »  

 

Le scénario de Kubo montre qu’aujourd’hui, les films d’animation ne sont plus destinés qu’aux seuls enfants. Bien sûr, il a toujours été possible pour un adulte d’apprécier un dessin animé mais, contrairement à Blanche Neige ou à Cendrillon, les dernières réalisations proposent une véritable double lecture : une pour les enfants et une pour les adultes. Kubo et l’Armure Magique est loin d’être le premier : la tendance s’est beaucoup développée depuis le début des années 2010. Dans Moi Moche et Méchant (2010), l’histoire est centrée sur Gru plutôt que sur les trois petites filles (ce qui crée une identification avec l’adulte), dans Les Aventures de Tintin : le secret de la licorne (2011) les dessins évoquent quelque chose de plus mature qu’un dessin animé classique. Mais l’exemple le plus éloquent est sans doute celui de Vice Versa (2015). Immergés dans cet univers cérébral, pas sûr que les plus jeunes réussissent à capter toutes les subtilités du film qui parvient à s’adresser aussi bien à un public enfantin qu’à des spectateurs plus âgés.

 

vice-versa

 

Cependant, cette double lecture a des limites. Si Kubo et l’Armure Magique est absolument magnifique et qu’il convient parfaitement aux enfants malgré les thèmes abordés, ce ne sera pas le cas de tous les films d’animation à venir… A cause de (grâce à ?) l’intérêt des adultes pour les dessins animés il se peut que bientôt, certaines œuvres du genre ne soient plus tous publics !

 

 

 

 

 

 

Kubo et l'Armure Magique

Un film en dehors des sentiers battus !

Les plus

  • La qualité de l'animation
  • L'originalité
  • L'humour

Les moins

  • Le manque d'un souffle épique
  • Des thèmes qui invitent plus à la réflexion qu'à la détente

NOTE FINALE :

, , , , ,