Jackie Kennedy : une femme qui a marqué l’Histoire des Etats-Unis partie 2

28 octobre 2016 Morgane Decoret Ciné/Séries,

D’après la bande annonce du film « Jackie » consacré à l’épouse du président Kennedy, il semblerait que le film ait choisi de ne se concentrer que sur la période post-1963, c’est-à-dire après l’assassinat du chef d’état…

 

 

C’est, à mon avis, une bonne décision. Car malgré les très nombreux films et séries où l’on retrouve le personnage de Jackie Kennedy (Treize Jours en 2000, Les Kennedy en 2011, Le Majordome en 2013…), très peu en font leur personnage principal. Beaucoup racontent la vie de son mari. En commençant l’intrigue en 1963, on est sûr que Mme Kennedy ne se fera pas voler la vedette !

Et tant mieux, parce que la Jackie post 1963 n’avait plus rien à voir avec celle que l’on connaissait jusqu’alors !

 

 

Quand Jackie Kennedy laissa place à Jackie O…

 

En 1963, le président Kennedy fut assassiné sous les yeux de sa femme alors qu’il était dans la voiture présidentielle. En 1968, ce fut au tour de Robert Kennedy d’être pris pour cible (le frère de John Fitzgerald).

 

 

Jackie Kennedy ne se sentit bientôt plus en sécurité aux Etats-Unis

 

A partir de cet instant, Jackie pensa que les membres de la famille Kennedy étaient personnellement visés et commença à craindre pour la vie de ses enfants. Elle décida donc de les emmener à l’étranger pour les protéger et choisit de s’installer en Grèce. Là bas, elle retrouva une vieille connaissance : le milliardaire Aristote Onassis. C’est ainsi qu’en 1968, elle épousa l’un des hommes les plus riches de la planète.

 

 

aristote-onnassis-jackie-kennedy

 

Certains pourraient dire qu’elle cherchait à être protégée par le multi-millionnaire grec mais il semblerait que Jackie Kennedy ait eu une toute autre motivation.

D’une part, en renonçant à son statut de « veuve de président », elle perdit le droit à être protégée par les services secrets américains. D’autre part, le couple passa beaucoup de temps aux Etats-Unis, soit à New-York dans l’appartement de Jackie sur la Cinquième Avenue soit dans son ranch du New Jersey. Apparemment ils ne furent jamais dérangés par une quelconque organisation secrète complotant pour l’assassiner…

 

 

Alors pourquoi Mme Kennedy épousa-t-elle un homme de 23 ans son aîné ?

 

L’argent tout simplement.

 

Jackie était issue d’une famille très riche avant que son père ne perde tout dans la crise de 1929. Il était donc compréhensible qu’elle ait cherché le confort matériel par le mariage. De plus, elle n’avait pu profiter du faste de la vie à la Maison Blanche que pendant deux ans et devait rêver d’une existence faite de paillettes et de luxe.

 

On comprend mieux les tabloïds qui, à l’annonce du remariage de l’ex-première dame, titraient : « Jackie weds a blank cheque » (Jackie se marie avec un chèque en blanc !) ou encore « JFK dies a second time » (JFK : mort une nouvelle fois !)

 

Avec son nouveau mari, elle était servie : un contrat prénuptial bien négocié lui rapporta 3 millions de dollars en cadeau de mariage sans compter le million supplémentaire versé à chacun de ses deux enfants. Avec 30 000 dollars d’argent de poche par mois, elle put s’acheter tout ce dont elle avait toujours rêvé. En tant que première dame, elle avait été copieusement critiquée pour ses dépenses mais son nouveau statut était beaucoup moins contraignant. Elle put donc pleinement profiter des boutiques des plus grandes capitales du monde.

 

jackie-aristotle-onassis-luxe

 

Malheureusement, M. Onassis décéda à 69 ans, après à peine huit ans de mariage en 1975. Au terme d’une bataille de succession féroce, Jackie réussit à soutirer à la fille de son second mari 26 millions de dollars (la loi grecque ne permettant pas de léguer à une étrangère toute sa fortune, estimée à 500 millions).

 

 

Une chose est sûre : la mort de son mari la transforma complètement

 

Après l’assassinat de Kennedy, elle se mit à enchaîner les scandales. Elle exerça son pouvoir de séduction sur les hommes et prit des amants (comme Marlon Brando par exemple).  Un photographe réussit à immortaliser un de ses bains de minuits alors qu’elle était complètement nue.

 

La rumeur voulait même qu’elle ait eu des aventures avec les deux frères de son défunt mari. En effet, ces derniers passèrent énormément de temps avec la jeune veuve : d’abord Robert puis Ted (après l’assassinat de son ainé).

 

ted-john-and-robert-kennedy-jackie

De Gauche à droite : Ted , John et Robert Kennedy

 

 

Des « écarts » qui ont choqué la société américaine

 

Si aujourd’hui ce « comportement » nous fait à peine hausser les sourcils, la société était différente dans les années 60 et pour l’époque, Jackie passait pour une femme assez dévergondée. A tel point que les journalistes l’avaient surnommée Jackie O, en référence au roman de Pauline Réage « Histoire d’O » qui raconte les aventures d’une jeune femme devenue l’esclave sexuelle d’un homme.

 

Certains se montrèrent compréhensifs envers cette femme qui avait vécu de grands drames émotionnels. Fausse couche, enfants morts en bas-âge, assassinats… sans compter les nombreuses humiliations conjugales !

 

Car si son couple était classé parmi les plus romantiques et glamour de l’époque, la réalité était tout autre : Jackie avait dû supporter sans broncher toutes les infidélités de son mari. La plus célèbre est certainement l’aventure qu’il avait eue avec l’actrice Marilyn Monroe, immortalisée par la chanson « Happy birthday Mr President » qu’elle lui chanta pour son 45ème anniversaire.

 

marilyn_monroe_birthday

 

Mais la plupart avaient bien du mal à considérer l’ex-première dame comme une femme libérée et préféraient l’imaginer en traîtresse de la nation. Pour beaucoup, Jackie aurait dû rester Mme Kennedy, veuve du président, veuve de l’Amérique. Épouser un autre homme, étranger et divorcé qui plus est, fut très mal accepté.

 

A la Maison Blanche, la première dame jouait constamment un rôle. Imperturbable, elle était toujours douce et souriante. Elle transformait même sa voix en murmure de petite fille et soignait toujours son apparence pour être parfaite : sa garde-robe, sa silhouette, sa coiffure…

 

Elle était très intransigeante sur les questions de la vertu, elle manquait d’ailleurs de souplesse et de compassion et avait du mal à pardonner. Et tout à coup elle se révéla toute autre, de quoi choquer la société puritaine américaine !

 

 

Une femme parfaite à cran

 

Lorsqu’elle était à la Maison Blanche, on attendait de Jackie Kennedy qu’elle soit parfaite. Malheureusement cette illusion générait beaucoup de stress. Pour gérer ses angoisses, elle fumait beaucoup et buvait parfois pour calmer ses nerfs. Lorsque JFK avait mal au dos, on lui faisait des piqûres à base de stéroïdes et Jackie s’était laissée tenter pour soulager son stress. Les historiens ont récemment découvert que ces piqûres furent à l’origine de son cancer du système lymphatique auquel elle succomba en janvier 1994.

 

Après l’assassinat du président Kennedy, la mystérieuse et réservée Jackie Kennedy avait donc laissé la place à la femme un peu bad girl des années 70: Jackie O.

 

Une seule question demeure : comment le film va-t-il aborder l’histoire de cette femme qui a vécu au cœur des scandales et des complots mais qui reste encore aujourd’hui l’une des premières dames les plus admirées de l’histoire des Etats-Unis ?

 

natalie-portman-jackie
, , , , , ,