Far Cry Primal, une plongée grisante dans la préhistoire

7 mars 2016 Tristan Bories Jeux vidéo,

Un cri qui vient de l’intérieur

 

Le soleil se lève sur le pays d’Ouros. Du haut de ma colline, j’observe le vent s’engouffrer dans les  séquoias géants qui tapissent l’horizon. Nous sommes en moins 10 000 av. J.-C. et la nature est aussi sauvage qu’impitoyable.

 

Tendez bien l’oreille, mes amis, car je m’apprête à vous conter mon aventure dans ces terres hostiles, où la survie de mon peuple passera par le massacre de tribus mangeuses d’hommes et autre dépeçage de tigres à dents de sabre. Père castor n’a qu’à bien se tenir.

test-far-cry-primal-dompter-animal

Le jour d’avant

 

Ma tribu est dispersée à travers l’immense terre d’Ouros. Elle vit dans la peur, pourchassée par des tribus rivales friandes de méchouis humains. Armé de mon seul gourdin et de mon arc, je m’apprête à enseigner le respect à cette bande de suceurs d’intestins du dimanche.

 

Mais comme dans toute bonne histoire de vengeance, je vais d’abord devoir me donner les moyens de mon chef d’œuvre. Si je veux pouvoir empaler leurs têtes de yacks au bout de ma sagaie, il va falloir que je m’équipe en conséquence. Ça tombe bien, Ouros déborde d’activités qui me permettront de débloquer un équipement digne de ce nom. Parce que pour le moment, il faut bien avouer que je fais peur à voir.

chasse-mammouth-far-cry-primal

Lorsque je regarde sur mon GPS (oui j’ai un GPS, et alors ?!) je constate qu’il y a plus d’une centaine de missions qui m’attendent en dehors du village. Je peux partir à la cueillette afin de récolter de précieux matériaux pour améliorer mon village ou encore mes armes. Ou alors je peux tenter de prendre d’assaut des camps ennemis afin de débloquer des points de déplacements rapides (oui je me téléporte, ET ALORS ?!).

Je décide finalement de me rendre à une mission dans le nord. Oui, le nooooooord.

 

Belle soirée pour une ballade

 

Je me balade dans la verdure, le cœur ouvert à l’inconnu. J’avais envie de dire bonjour à n’importe qui, n’importe quoi et ce fut lui. Simba, un tigre à dents de sabre de plus de deux mettre de long.

 

Grâce à mes talents de dresseur et quelques morceaux de viande finement choisis, je suis parvenu à apprivoiser l’animal. Et là, autant vous dire que tout a changé.

Far-Cry-Primal-Gif-tigre-dent-de-sabre

À la nuit tombée, je n’ai plus besoin de me soucier des meutes de loups qui viennent me taquiner l’arrière-train pour y arracher un morceau de viande. Car désormais j’ai Simba. L’animal veille sur moi comme sur un frère, et, quelle que soit la menace, il la dévore sans concession.

 

Entre deux missions, je m’adonne à la chasse. Camouflé dans les hautes herbes, j’évolue accroupi afin de ne pas effrayer mes proies. Les dépouilles de mes cibles me permettent de confectionner de nouveaux objets, mais également de soigner Simba.

 

Un titre complet

La carte du monde est délimitée en trois zones aux environnements variés. Au sud on retrouve des terres arides et rongées par un soleil de plomb. Au centre, on a un climat plutôt tempéré, ce qui permet d’avoir une végétation luxuriante, tandis qu’au nord tout est froid et gelé.

 

Comme dans les précédents Far Cry, il vous faudra vous balader aux quatre coins de la map si vous désirez capturer les animaux les plus précieux ainsi que les ressources les plus rares.

 

Je ne vais pas y aller par quatre chemins, si vous avez aimé Far Cry, vous allez adorer Far Cry Primal. On y retrouve tous les ingrédients qui ont fait le succès de la série. Entre son monde ouvert gigantesque, ses nombreuses quêtes, son système de domptage d’animaux et ses graphismes léchés, tout a été mis en place pour faire de Primal un jeu aussi complet que grisant.

 

 

Si vous êtes un amateur de jeu d’aventure qui foisonne d’activités à faire, ce jeu est pour vous !

 

Far Cry Primal

Grisant !

Les plus

  • Un monde ouvert gigantesque
  • Pouvoir dompter des animaux
  • Des graphismes somptueux

Les moins

  • Un scénario en demi-teinte

NOTE FINALE :

, , , ,