Les anti-héros: des stars en devenir

19 janvier 2016 Morgane Decoret Ciné/Séries,Jeux vidéo,Livres,

Ils sont PARTOUT

Depuis quelques années, les nouvelles vedettes de la pop culture ce sont eux : les anti-héros. On les retrouve PARTOUT : que ce soit dans les livres, les BD, les films, les séries, les jeux vidéos…

Bien sûr, ils ne datent pas d’hier, les anti-héros ont commencé à émerger au 19ème siècle : mais on ne peut pas nier qu’ils sont de plus en plus présents. Adieu donc la version manichéenne du monde qui dit que les gentils vaincront toujours les méchants ; et place à l’originalité des personnages ni tout noirs ni tout blancs !

 

Mais qui sont ces anti-héros ?

En fait, il en existe de nombreuses sortes :

 

Le héros qui n’a rien d’héroïque :

Ce héros n’a pas de super pouvoirs et n’essaie pas nécessairement de sauver le monde : c’est juste le personnage principal de l’histoire à qui des choses extraordinaires (ou pas) arrivent. Cela se traduit souvent par… le gros nul de service : le maladroit, l’idiot, l’incapable…

On peut les retrouver dans les films de Woody Allen ou la série Kaamelott par exemple.

soirees-speciales-kaamelott-cet-ete-sur-m6-459426_w1000

Le méchant qui est juste tellement plus cool que le gentil :

Eh oui, parfois on préfère le méchant, on n’y peut rien ! Les bandits plutôt que le gentil cowboy dans les Western, la sorcière plutôt que la princesse… Simplement parce qu’ils nous attirent davantage.

 

Le monstre qui s’allie avec le gentil :

Tous les méchants ne le restent pas forcément : parfois, ils s’allient avec le gentil. Ils s’incluent donc dans la team des « good guys », celle qu’on est censé aimer. Toutefois, leur passé les différencie. C’est le cas des vampires Spike et Angel dans Buffy ; ou de Gollum dans le Seigneur des Anneaux. D’ailleurs, ils alternent en général entre les moments où ils trahissent  le véritable héros et ceux où ils l’aident.

      smeagolo

Le méchant sympathique :

Ce héros a des qualités et il ne s’en sert pas forcément pour faire le bien. Il n’a toutefois rien à voir avec un monstre / créature fantastique qui ne peut pas se contrôler.

Bien sûr, ils ont de bonnes raisons pour faire le mal délibérément : Walter White de Breaking Bad se lance dans le trafic de méthamphétamines pour payer ses frais médicaux et Dexter hérite de pulsions meurtrières après avoir assisté au meurtre de sa mère. Du coup, le spectateur les soutient, ne veut pas les voir aller en prison et même, leur pardonne toutes les choses affreuses qu’ils ont faîtes.

4d398a1a852a6674988d9a2b8796c8ce_large dexter

Le héros malheureux :

Celui-ci fait le bien. Il sauve le monde mais toutes ses bonnes actions ne le satisfont jamais : il reste malheureux. Il est en général asocial comme Sherlock Holmes ou Dr House.  Ce sont des héros du quotidien mais ils ne sont pas « gentils » à proprement parler.

bbc-sherlock_1    house05

Le bizarre :

Ce héros n’est pas en phase avec le monde dans lequel il vit. Il apparait comme une sorte d’extraterrestre au milieu des humains dits « normaux » : c’est le cas de Sheldon Cooper dans The Big Bang Theory ou de Bones dans la série éponyme. Ils ne comprennent pas toujours toutes les subtilités des interactions humaines et l’ironie ou le sarcasme leur sont totalement étrangers.

 

Pourquoi les aime-t-on autant ?

 

Parce qu’ils sont plus humains :

Le fait qu’ils aient des défauts, qu’ils ne soient pas parfaits, jouent grandement en faveur des anti-héros. On s’identifie plus facilement à eux et on ne les aime que davantage.

 

Parce qu’ils ont beaucoup d’humour :

En général, les anti-héros sont drôles… même si l’œuvre de laquelle ils sont issus ne l’est pas ! Deadpool, un super-héros mercenaire qui tue pour le plaisir, est doté d’un humour délirant. Le Joker dans Batman, quant à lui, mérite bien son nom !

deadpool

 

Parce qu’on en a marre de faire dans le traditionnel :

Stop au gros cliché du héros masculin qui sauve le monde, on n’en peut plus ! Alors exit les super-héros type Superman, Spiderman… et place à des personnages qui nous surprennent !

Quel est l’intérêt de regarder un film si on peut prévoir tout ce qui va se passer au fur et à mesure de toute façon ?

 

La méchanceté par procuration :

On aime nos anti-héros aussi parce qu’on en a assez d’être constamment gentils. Mais vu que voler une voiture ou qu’embrocher son voisin c’est interdit, on va chercher notre dose d’adrénaline ailleurs… Dans les jeux vidéo tels que God of War ou le cultissime Grand Theft Auto par exemple ! Et pourquoi vous croyez que la série Game of Thrones marche autant ? Elle rassemble tout ce qu’on ne peut pas faire : meurtre, inceste, prostitution…

Bref, un peu de méchanceté ça fait du bien !

GTA

 

Parce qu’on les envie :

Ils sont quand même extraordinaires : qu’ils aient des capacités hors-normes, une intelligence hyper développée ou beaucoup de savoir-faire, on aimerait bien être à leur place.

 

Ils sont libres de dire ce qu’ils pensent, de faire ce qu’ils veulent car ils ne sont pas pris au piège par les conventions sociales.

 

Au final, c’est vraiment ça, le pouvoir des anti-héros.

 

, , , , ,
  • Milan Malfait

    Bon… Après, l’inceste, ça m’a jamais donné envie.