Les 7 récits les plus WTF de la mythologie égyptienne

9 janvier 2017 Morgane Decoret Actu/Buzz,

 

  1. Horus joue les entremetteurs…

 

Quelques années avant que le royaume d’Égypte ne soit conquis par l’empire Perse, il était dirigé par un pharaon appelé Amasis. La menace de Cyrus de Perse se faisant de plus en plus pressante, Amasis décida de fortifier son pays en proposant à la Grèce de faire alliance. Il renforça les accords commerciaux entre les deux pays et offrit même des territoires où les grecs pourraient venir s’installer. La cité de Naucratis est donc rapidement devenue une colonie grecque.

 

 

A Naucratis vivait un riche marchant nommé Charaxos : le roi de la friendzone

 

Un jour qu’il était au marché, Charaxos vit un attroupement au stand des esclaves. Curieux il s’approcha et constata que tout le monde regardait une fille très belle qu’on venait de faire monter sur l’estrade pour être vendue. De toute évidence, elle était grecque : sa peau était blanche et ses joues légèrement rosées. Charaxos n’avait jamais vu pareille beauté. Lorsque les enchères commencèrent, il était donc déterminé à acheter cette merveille, ce qu’il fit sans difficulté.

Elle s’appelait Rhodopis. Elle avait été enlevée à sa famille par des pirates et vendue sur l’ile de Samos à un propriétaire agricole qui possédait beaucoup d’esclaves. Plus elle grandissait et plus elle devenait belle et un jour, son maître l’envoya à Naucratis pour y être vendue car il savait que les riches marchands paieraient cher pour la posséder.

 

 

Charaxos la prit en pitié et lui donna une superbe maison avec des jardins, des esclaves, des bijoux, de beaux vêtements…

 

 

Cendrillon express

 

Un jour, il se produisit quelque chose d’étrange. Rhodopis se baignait dans un des bassins de son jardin secret. Ses esclaves attendaient sur le côté avec ses vêtements et sa paire de pantoufles préférée. Quand soudain, un aigle fonça à toute vitesse sur les servantes, prît une des pantoufles dans ses serres et s’envola avec. Rhodopis était très déçue de s’être fait voler ses chaussures favorites.

 

Pendant ce temps-là, dans son palais à Memphis, le Pharaon Amasis rendait la justice pour son peuple. C’est à ce moment que l’aigle entra, laissa tomber la pantoufle sur les genoux du souverain et repartit.

 

 

Toute la cour était très surprise, mais Amasis décida qu’il s’agissait là d’un signe d’Horus, dont l’aigle était l’un des emblèmes. Il observa la pantoufle plus attentivement, et devant la finesse de l’objet, se dit que la propriétaire devait être une jeune fille d’une grande noblesse et d’une beauté parfaite… (Je me demande ce que ceux qui observent mes chaussures se disent…). Il ordonna : “Que mes messagers parcourent toutes les villes du Delta et si nécessaire, qu’ils remontent tout le fleuve et qu’ils aillent jusqu’aux frontières de mon royaume. Qu’ils emportent cette pantoufle avec eux et qu’ils la fassent essayer à toutes les jeunes filles jusqu’à trouver ma future femme ! »

 

Les messagers obéirent donc et firent essayer la pantoufle à toutes les jeunes filles jusqu’à ce qu’ils arrivent à Naucratis. Là, ils entendirent parler de la jeune fille recueillie par Charaxos et de la luxueuse demeure dans laquelle elle vivait. Lorsque celle-ci vit la pantoufle que tenaient les soldats, elle poussa un cri de surprise et l’enfila. Tous purent voir qu’elle lui allait parfaitement. Elle fit même apporter la deuxième pour prouver qu’il s’agissait bien de sa pantoufle. (Cette histoire ne vous rappelle pas quelque chose ? Au moins avec Cendrillon, le prince voit qu’elle est charmante parce qu’il danse avec elle. Ici, Rhodopis séduit Amasis uniquement avec sa chaussure !)

 

 

Une place dans le harem ! Il fallait pas…

 

Les messagers lui annoncèrent alors qu’ils avaient été envoyés par le pharaon car celui-ci était sous le charme et voulait l’épouser. Elle aurait même une place de choix dans son harem principal !

Bien sûr, elle accepta immédiatement et lorsque Amasis vit à quel point elle était belle, il ne lui offrit plus seulement une place dans son harem mais lui proposa de devenir sa femme et la première dame d’Égypte. Ils vécurent heureux ensemble jusqu’à la fin de leurs jours et moururent un peu avant l’invasion de l’Égypte par Ambyses de Perse.

 

« An Egyptian Beauty » par William Clarke Wontner

 

 

Page Suivante : la meilleure baby-sitter de l’Egypte Ancienne est un nain qui tire la langue

 

Pages : 1 2 3 4 5 6 7

, ,